Vents froids par Olivier Magnier

Vents froids par Olivier Magnier

Titre de livre: Vents froids

Auteur: Olivier Magnier

ISBN: 2370112670

Vents froids par Olivier Magnier est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Olivier Magnier avec Vents froids

Bolivie, Andes royales. Deux romans noirs, dans les rEgles, dEsenchantEes, du genre. A La Paz, un chauffeur de taxi tente de changer son destin en revenant lA oU son braqueur a dEposE une valise. Plus au sud, un paysan veut comprendre la mort de son fils, et se heurte A l'implacable duretE des hommes. Mais la noirceur est renforcEe par le Vent froid de l'Altiplano. A plus de 3 500 mEtres d'altitude, il s'Etend du lac Titicaca jusqu'aux aires dEsertiques du salar d'Uyuni, plus grand dEsert de sel au monde. Sur les rives de sa blancheur, la misEre noire de certains hommes que le vent andin transperce et emporte. La Paz, plus haute capitale du monde, est une ville oU l'on monte et descend. La Ville aux pentes dEvale au pied des monts, dans un cratEre oU rEgne le manque d'oxygEne. Les vies y sont interchangeables comme des plaques d'immatriculation. Olivier Magnier ne verse dans aucune complaisance, il observe la violence et sa prEsence sans fard. Sans explications non plus. Peu importe les chemins qui y ont menE les Etres ou les peuples quel que soit le dEcor du roman noir, cette Ecriture est faite de la noirceur des sociEtEs humaines. Sauf qu'en AmErique du Sud, ce n'est pas seulement la sociEtE qui empoisonne les veines des hommes, c'est aussi l'accumulation dans l'histoire de l'humiliation et de la misEre. Et mEme si la Bolivie a rEcemment retrouvE une fiertE, c'est au nom des dEshEritEs d'hier, d'aujourd'hui ou de demain, ici ou ailleurs, que ces histoires se sont Ecrites. Pourtant, la poEsie de l'auteur rEchauffe le banal tissage de la fatalitE oU quelques Etres tentent de ne pas mourir, face A l'immense indiffErence de la nature. L'aveuglante blancheur du salar et les rues de La Paz ne sont pas des cartes postales A touristes, elles portent la singularitE autant que la banalitE des sorts, oU qu'ils adviennent. Voici deux rEcits, boliviens jusqu'au cOEur des mots, dont on sait pourtant ce qu'ils ne sont surtout pas des polars « exotiques .


Naissance : 1973. Profil sociologique : bourgeoisie classe moyenne. Profil professionnel : plutôt à la mode, voire carrément en vogue, prof. Coup de pouce de la chance, ça se passe au collège franco-bolivien de La Paz. Profil psychologique : enfance heureuse, adolescence plutôt tardive. Égoïsme raisonnable, violence intérieure assez forte, mais tempérée par un fond qui essaie de pencher du côté de la gentillesse. Considère l’autre comme son égal et se soucie de lui faire du bien. En dépit de quelques écarts, encore une fois. Spirituel, mais pas toujours, amateur occasionnel d’humour lourdingue. Travaillé, comme tout un chacun, par le sort de notre espèce. Poète a priori ; romancier aussi. Lectures de prédilection : Hugo, Willocks, Flaubert, Garcia Marquez, Harrison, McCarthy, le journal L’Équipe. Hobbies : jouer dans les vagues, faire des longueurs en piscine, pour la sensation de légèreté. Skieur parfois imprudent, revers à une main au tennis, footballeur à performances irrégulières. Possibilité de promenades à moto sur les chemins de Bolivie avec pique-nique inclus. Généralités : installé à La Paz depuis une bonne dizaine d’années. Amoureux du pays d’où sont aussi mes enfants et ma compagne. Lieux de prédilection : avant tout le salar de Thunupa (ex salar d’Uyuni), l’Altiplano en général et La Paz en particulier. C’est de là que vient "Vents froids".